Polyamour

En ce moment un débat international se développe dans le monde de la thérapie, et du tantra (soi disant) « vrai » ou « faux ».

A savoir : est –il possible, et utile d’explorer le « poly-amour » comme style de vie ? Autrement dit, est il bon, d’avoir plusieurs partenaires amoureux dans une mémé période (1 pour lundi, 1 pour mardi, 1 pour mercredi, etc…)…

Il m’est apparut que beaucoup qualifie de « tantra » le simple fait de donner libre cours a ses pulsions sexuelles et poly-amoureuses, car le plaisir est bon pour la sante physique, mentale et dit-on, spirituelle.

D’aucun disent : »ca n’est pas sérieux, seul la relation monogame permet de verticaliser les énergies et l’amour entre deux êtres, et en soi mémé ».  D’autres prétendent qu’il faut beaucoup d’intégrité, de délicatesse et de savoir faire pour mener a bien une vie poly-amoureuse, ou chaque partenaire (pour autant qu’ils ou elles acceptent ce modelé) y trouve son compte.

Qu’en penser ?

J’ai (Moi, Margot Anand) demande a deux amis – Michel et Catherine -  d’en discuter et je vous transmets  cet échangé. Je vous invite à collaborer avec nous et à nous donner votre vision de la chose. Préférez vous être monogame ? Pourquoi ? Ou poly-amoureux ? Pourquoi ?

Quel « régime » est plus propice a votre élévation spirituelle ?

Michel : Je suis heureux de participer à un tel débat mais je voudrais préciser d’entrée de jeu que je ne suis pas un « partisan » du polyamour. Vraiment pas ! Je veux dire par la que je ne souhaite en rien convaincre qui que ce soit que le polyamour est une formule meilleure ou d’avenir par rapport a l’amour monogame. Simplement, je vois dans ma vie et autour de moi de plus en plus de gens qui vivent ainsi, temporairement ou durablement. C’est assez nouveau par rapport au vécu des XIXème et XXème siècle et cela mérite qu’on le reconnaisse et qu’on puisse mettre en lumière les avantages et les difficultés qui lui sont propres.

Catherine : Michel raconte des mensonges, lui qui a une amante pour lundi, une pour mardi, une pour mercredi…..on ne les compte plus ! Mais il ne se dit pas “poly-amoureux”….non mais vraiment Catherine : Bon, la raison pour laquelle je ne suis pas d’accord avec Michel, c’est qu’il ne comprends pas la définition. Le poly amour signifie avoir plusieurs partenaires amoureuses sur une durée plus ou moins longue. C’est son cas. Donc, il pratique le poly-amour. Lequel fut d’ailleurs pratique de tout temps sous diverses étiquettes et appellations (“marie avec 1 ou plusieurs maitresses secrètes en dehors du mariage” ou bien “animateur qui se choisit ses participantes de groupe pour en constituer son harem personnel temporaire” sans parler des harems males ou femelles des praticiens du néo-tantra occidental).

Michel : C’est vrai que le polyamour a toujours existe. En allant plus loin, Jacques ATTALI écrivait mémé, dans « Amours » que la monogamie n’a jamais existe sinon comme idéal. C’est peut-être ce qui est nouveau : laisser cet idéal a la juste place d’un idéal dont nous rêvons tous plus ou moins et accepter notre pratique telle qu’elle est, avec ses bonheurs et ses difficultés.

Catherine : Ce poly amour dont nous parlons est simplement le fait de vivre sa liberté. Quelqu’un qui ne s’est pas engage dans la voie “officielle” du mariage, est libre  de suivre son ou  ses attractions. LA ou le bas blesse, c’est quand on s’engage sur la voie monogame, ou que l’on promet quelque chose à l’autre et que, secrètement, on ne tient pas sa promesse. L’autre, découvrant ce mensonge, perd confiance.  Par contre, lorsque tout se vit dans la transparence et l’accord des uns et des autres, on entre dans un apprentissage passionnant de la présence à l’instant dans le détachement.

M : Soit le polyamour se vit comme un « jardin secret » ; ce fut la pratique courante des XIXème et XXème siècle. Et pourquoi pas, au risque d’un dévoilement douloureux. Soit il est vécu de maniéré plus

franche et plus transparente, ce qui apparait comme une possibilité récente. Ce n’est pas pour autant une panacee et de nouvelles difficultés apparaissent. Mais pourquoi pas ? Nous revons tous d’un Amour simple et tranquille et nous nous retrouvons, qu’on soit mono-amoureux ou polyamoureux sur un chemin de Vie avec ses difficultes.

Catherine : Pour éviter ces difficultés, et néanmoins jouir pleinement des bienfaits d’une libre sexualité,  les français ont si bien accommode le style “jardin secret “ qu’il est entre dans leur vie politique…ils pretendent meme que cela permet a leur mariage de perdurer (voir “Sexués Politicus”). Nous avons l’example – impensable dans les mœurs politiques américaines, d’un président : François Mitterrand. Qui pratiqua en secret, toute sa vie, le poly-amour. A son enterrement  se présentèrent sa femme, ses enfants légitimes, sa maitresse principale (bras dessus-dessous avec sa femme), et leur fille illégitime. Scandale impossible a imaginé aux USA. Et pourtant, c’est bien connu, le président John Kennedy lui aussi, avait de nombreuses et prestigieuses maitresses tout en restant marrie a Jackie. Et les chinois furètent les premiers à dire et pratiquer le fait que les hommes politiques pour bien gouverner bien avaient besoin de beaucoup faire l’amour. Mais pourquoi ne pas dire cela des femmes ?  ?

M : Pourquoi pas, en effet. Je connais autant de relations d’une femme et de plusieurs hommes que de relations d’un homme et de plusieurs femmes. Tout est bon pourvu que ce soit du polyamour et pas seulement du polysexe.

C : et comment marquerais-tu la difference ?

M : C’est essentiel : le polyamoureux est investi affectivement dans chaque relation ; on est loin de la petite prostituee de passage du mari par ailleurs fidele.

C : Et le polysexe ?

M : le polysexe, pourquoi pas, a certaines etapes de la vie ou en voyage. Mais il y a des valeurs de profondeur, de permanence, de remise en cause qu’on ne peut approcher que dans une situation ou sexe et cœur (voire esprit) sont tous deux (ou tous trois) investis.

Catherine : Peut être, MAIS, justement, le poly amour à des limitations. En particulier : l’impossibilité d’approfondir un sentiment car on est toujours en train de se quitter pour une autre. Il faut donc souvent garder pour soi, les émotions, les explorations que l’on voudrait pouvoir approfondir mais qui demanderaient plus de temps. Pendant que le téléphone mobile sonne sans arrêt car “toutes les autres” appellent pour “prendre leur tour”.

M : Completement faux : la permanence d’une relation sait passer a travers l’impermanence de la vie quotidienne. Rien de mieux que de se dire le soir ou le lendemain : « J’ai bien reflechi a ce que tu m’a dit hier … » La commence le vrai dialogue et finit le ping-pong. Quant au telephone mobile, il existe souvent un petit bouton on/off fort utile.

Catherine : décidemment, tu n’y comprends rien !!! Ce n’est pourtant pas pareil de devoir s’interrompre dans son élan amoureux, émotionna, our sexuel parce que tu pars vers une autre et qu’on ne se reverra pas pendant une semaine, que de s’interrompre parce que le “quotidien” demande que l’on remettre a demain ce que l’on ver dire ou faire en ce moment même !!! Voila encore un exemple de l’insensibilité masculine !!!

M : C’est vrai que tout amour demande sensibilité et délicatesse. Le polyamour, c’est de la polysensibilite et de la polydelicatesse. Sinon, badaboum

 

 

 

 

About these ads

5 thoughts on “Polyamour

  1. Merci pour vos partages et l’initiative Margot.
    De façon générale, la femme est sur un mode de continuité, l’homme sur un mode plus séquentiel. rien que par son corps, la femme sentira jusqu’au soir qu’elle fit l’amour le matin et s’en délectera si elle s’est épanouie. L’homme s’en souviendra, mais différemment, il pensera à comment “ça” s’est passé, il reverra sa compagne devant ses yeux…. Ce qui signifie que à priori il sera plus sensible pour la femme de se sentir complète dans le poly-amour. Ceci étant, si elle vit des rencontres riches, profondes, elle peut’ si c’est juste pour elle, apprendre à aimer “moins” dans la fusion et à aimer “plus” en respiration… et plutôt que d’attendre le retour de l’homme, ce qui est archaïchement naturel, prendre soin de son “que fais-je aujourd’hui pour être vivante et heureuse”. En fait, je ne suis pas certaine que le polyamour ou la monogamie soit le fond que cette question remue….

  2. Bonjour Margot
    On dit souvent que les femmes ne partagent pas volontiers. Qu’en penses tu?
    Pour ma part le polyamour ne me pose pas de problème car ces amours peuvent être sur des plans différents.
    Je déteste les relations cachées et je préfère dire au grand jour qu’un seul amour n’a pas de sens.
    De plus je ne crois pas à la monogamie encore moins aujourd’hui dans cette longue espérance de vie et d’amour…
    Je t’embrasse
    Dominique RUEFF

  3. Margot, ma préférence va vers le cheminement Tantrique mais je veux exprimer ma vision pour:
    Polyamour versus Tantra.

    Polyamour

    Très bon sujet de débat,
    oui il est possible d’explorer le polyamour comme style de vie, il est envisageable pour certains de mener de front plusieurs relations amoureuses.
    Mais, je me questionne?
    Jeune adulte célibataire, j’avais de multiples partenaires amoureuses et parfois sexuelles. Le mot polyamour n’était pas au goût du jour début des années 60.
    Donc j’étais polyamoureux sans le savoir et je l’avoue, je n’étais pas très net vis-à-vis de mes amours du moment qui ignorais parfois tout de mes autres relations. En cas de découverte cela créait des situations difficiles émotionnellement pour moi et mes compagnes et ce n’était pas très plaisant.

    Le temps a passé. Je pense maintenant que pour certains le polyamour peut convenir dans la mesure où il y a de la part de chacun une transparence, une franchise absolue, que tous les partenaires sachent exactement ce qui se passe et l’accepte.
    Bon ça c’est l’idéal, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, mais on « deal » avec des humains, des émotions et je sais pertinemment que les crises couvent sous la cendre : attachement, jalousie, possession, insécurité, peur de l’abandon etc. Alors polyamoureux(ses) soyez prêt(e) à assumer.

    Aussi sous le couvert du mot cela peut permettre à certain (ne) de sauter de lit en lit.
    À mon avis, plus nombreux sont les partenaires moins il est possible d’établir une relation profonde, relation qui s’effrite au fil du temps dans l’attente que le prochain(e) s’avance et occupe toute nos pensées au détriment de où des anciens (nes) élues qui sont devenus problématiques à régenter.

    Il est sur qu’il y a des exceptions, mais je ne pense pas que ce soit la norme.
    En conclusion le polyamour est bon pour certain, mais si on est en couple stable, on joue avec le feux même si l’on est un couple « ouvert ».

    Tantra, mise au point

    Ceux qui prétendent connaître le Tantra et en parlent afin de se donner un justificatif pour assouvir leurs pulsions sexuelles disent n’importe quoi, ils font fausse route.

    Le cheminement Tantrique et beaucoup plus que cela. Il demande une attention au quotidien qui nous prépare à canaliser notre énergie qui peut être sexuelle où non pour la transcender afin de toucher du doigt le divin et devenir meilleur et c’est pour moi une vraie démarche spirituelle.
    Avoir de nombreux partenaires est la facilité. Je pense qu’il est beaucoup plus difficile d’être en couple et de faire de chaque moment des instants privilégiés qui nous permettent d’aller plus loin et grandir ensemble.

    Pour moi les couples stables, vivant sous le même toit, dans une démarche Tantrique et qui suivent cette voie magnifique qu’est le Tantra, peuvent parfois, j’insiste sur parfois, rencontrer ensemble où seul une où des personnes avec lesquelles ils auraient le désir de partager, avec l’accord de leur partenaire, des échanges Tantriques leurs permettant d’évoluer
    Pour cela je suis convaincu que cette où ces personnes doivent être dans le même cheminement. Dans le cas contraire cela revient à avoir une relation amant, amante, cela peut être très bien, mais alors on s’égare de la voie.

    Bien sur l’introduction d’autres énergies dans le noyau originel Tantrique, peut créer des conflits, conflits qui découlent du manque de communications claires, de mensonges, de faux-fuyants etc. Cela crée parfois des situations difficiles à gérer.
    Mais tout cela est de l’énergie constructive qui permet de ne pas s’assoupir et de permettre que tous les partenaires soient en accords pour accepter cette nouvelle dynamique afin de préserver l’harmonie du couple et lui permettre de progresser.

    Robert Baillod

  4. Poly vs. mono: When I am single, having a number of partners is my choice, and it fulfills my desires. I love the variety and the multiple sources, as well as variety, of connection. My life became delightfully entwined with the most wondrous gentleman in mid-February this year and we were married just one week ago today. Now? I cannot even imagine coupling with anyone else. This man fills my sexual needs, shares in my inquisitive and playful discovery of physical, emotional, and spiritual delights together and we are discovering Tantric practices that enhance the depth of our relationship. The profound feeling and comfort of giving and receiving love with this gentleman floods our lives and we agree that we both feel that we have been “in training” for each other for the past 50 years. (He is 68 and I am 66–we’ve each been married previously: he is a widower, and I was divorced.). Our energies feed one another and our prayer practices support our feeling of 1+1=1. Neither of us were seeking a monogamous partner when we met, but it was clear and present, almost with that first hello that we have no desire to ‘dilute’ our deep marrying with each other by adding others to our very sweet bliss.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s